Bienvenue

Bienvenue

Notre philosophie du voyage

L’idée du voyage fût d’abord une affaire de rêveries devant les cartes de géographie, les photos et les gravures de «pays lointains». Même si les récits d’aventures ont permis d’aller regarder derrière la barre de l’horizon, notre voyage a commencé par la confection des cartons de déménagement à l’occasion d’affectations professionnelles.
Pour nous, le voyage ce n’est pas seulement la pratique d’un tourisme « assisté » même si, nous en avons fait l’expérience comme beaucoup. En effet, voyager n’est pas seulement changer de lieu par curiosité mais ce serait plutôt une relation entre « l’ailleurs » et notre manière de l’appréhender. Pour cela, il n’est pas nécessaire de partir loin, ce n’est pas l’espace ou la distance qui fait le voyage. Nous aimons toujours cette idée de « faire la route », un peu comme la marche du pèlerin, où l’esprit se prépare, quand il faut savoir apprécier la lenteur, l’observation, et aussi un peu de « glandouille ».

Voyager, c’est avoir le goût de la découverte et de l’étonnement devant la variété des hommes, des cultures, et des paysages. S’apercevoir que la vie ailleurs est souvent moins confortable qu’à la maison permet de relativiser sur nos frustrations. D’autres personnes très différentes ou totalement inconnues nous ont étonné par leur manière de penser et d’appréhender la vie.

 

Sidy, cordonnier et philosophe

En quittant notre zone de confort, on devient aussi l’étranger dans le regard de l’autre. On apprend à se débarrasser d’une enveloppe imperméable et à s’imprégner de ce qui vient à nous . C’est aussi une occasion de s’interroger sur soi. A quoi servirait, en effet, de vouloir faire le tour de la terre si nous ne sommes pas capables de faire un pas vers soi-même. Pour bien voyager, il faut déjà accepter la personne que nous sommes  et savoir vivre avec soi-même (« Habitare secum »).

Platon affirmait que la connaissance est la nourriture de l’âme et prônait une recherche continue du plaisir par la culture. Épicure disait en revanche que le plaisir véritable est avant tout le sentiment de bien-être de celui qui, satisfait, n’éprouve aucun besoin. En voyage, les sens sont toujours en éveil, on n’ingurgite pas des connaissances, on les assimile sans même y penser, et on y prend plaisir.

Notre camping-car est un nouveau vecteur, un autre moyen que nous allons expérimenter.

Nous vous invitons à suivre nos péripéties, à partager nos aventures, nos coups de cœurs et aussi quelques coups de gueule.